De tous temps, il y a eu les blondes qui voulaient être noir geai, les brunes qui souhaitent avoir de beaux reflets cuivrés et les rousses qui voulaient être .... tout sauf rousses !!! Alors ces dames ont développé une multitude de subterfuges pour "faire croire", je me souviens encore de ma grand-mère, qui me racontait comment elle utilisait la chicorée pour entretenir sa chevelure brune (bon, çà, c'était avant que ses 2 filles choisissent le métier de coiffeuse) !!

Dans les décennies passées, la teinture chimique a pris un élan exceptionnel grâce à cette lutte acharnée contre les cheveux blancs, à ces femmes qui souhaitaient toujours être "une autre" et plus récemment, à ces hommes qui veulent rester "jeunes et élégants". Mais vous vous doutez bien que ce n'est pas pour faire l'apologie de la coloration chimique que je vous écris ces quelques lignes !

Revenons donc aux colorations naturelles. De tous temps et dans tous les coins du monde, des plantes dites tinctoriales ont été utilisées pour colorer (ou au moins donner des reflets) nos cheveux, issues de nos jardins, telles la betterave, le thé, la chicorée, la camomille, le brou de noix mais aussi et surtout des plantes venues d'ailleurs, Moyen-Orient (les hennés en tous genres), Inde (et ses poudres ayurvédiques) notamment :

Pour les cheveux clairs (teintes blondes/chatains claires) : le curcuma, le chataigner, la camomille, ...

Pour les cheveux foncés (teintes chatains foncées/brunes) : le broux de noix, l'indigo, la chicorée, le thé noir, le bois de Panama, l'amla, le henné noir, le katam (donnera des teintes plus ou moins foncées et plus ou moins marrons selon la base de coloration du cheveu, on peut également l'ajouter à un henné pour des reflets plus légers)...

Pour les cheveux roux (teintes cuivrées/acajou) : le henné d'Egypte, la garance, la campêche, le katam pour atténuer l'orange du henné (vers le chatain)...

Cette liste n'est bien entendu pas exhaustive et n'est donnée qu'à titre indicatif pour illustrer le présent billet.

A défaut de poudre, on pourra réaliser au préalable une décoction s'il la base de coloration se présente sous forme de bois mais le rendu sera bien entendu beaucoup moins colorant.

Ces poudres peuvent être conjuguées afin de donner les reflets souhaités. Toutefois, il semble que seul un usage fréquemment renouvelé donne de réels résultats sur les cheveux blancs.

Outre l'effet colorant de ces poudres, certaines ont un réel effet positif sur les cheveux. En effet, si j'en crois ma propre expérience, mes cheveux sortent brillants, doux et toniques d'une coloration au henné (alors qu'ils ont une nature plutôt sèche). Mais tout le souci de ces colorations naturelles reste la pose, qui est d'alleurs à l'origine de nombreuses controverses, chacun y allant de son précieux conseil. Mon but ici ne va donc pas être de vous donner une vérité absolue mais plutôt un faisceau d'idées, en espérant que vous trouverez votre méthode idéale.

- Le temps de pose : selon que le cheveu "prend" vite ou non la coloration, il faut compter 4h de pose (minimum, pour ma part, celà est suffisant alors que mes cheveux prenaient mal la coloration chimique). Cette durée peut être allongée au gré de chacun et du temps dont on dispose, certaines laissant poser la coloration jusqu'à 12 voire 24 h !! En général, les utilisatrices de henné se couvrent la tête de film alimentaire pendant le temps de pose (effet garanti pour tout repas en société !) mais j'ai lu récemment qu'une personne affirmait que c'est en séchant que le henné développe tout son pouvoir colorant. J'avoue être sceptique et préfère l'air digne donné par le film alimentaire !

- Je me teints les cheveux pour la 1ère fois de façon naturelle après plusieurs colorations chimiques : la coloration chimique agit par oxydation du cheveu en pénétrant dans la fibre capillaire. A l'inverse, la coloration naturelle agit par gainage du cheveu. Dans un sens comme dans l'autre, prévoyez un délai d'au moins 3 mois pour changer de méthode, en-deçà, une coloration chimique réalisée après une coloration naturelle aura de grandes chances de ne pas prendre. Si vous passez à la coloration naturelle, il est recommandé de "détoxiner" les cheveux au moyen d'un masque à l'argile (verte pour les cheveux gras, blanche pour les cheveux secs) pour s'assurer d'une meilleure qualité de coloration.

- La pose : la pose d'un henné n'est pas chose facile, il faut réussir à le poser de façon homogène, certaines partent de la nuque en maintenant la tête à l'envers et en revenant vers le front, d'autres utilisent un pinceau comme on le ferait en coloration chimique. Evitez les ustensiles en bois, qui risquent de rester teintés (à moins qu'ils ne soient dévolus aux seules colorations capillaires bien sûr). Il faut compter 100 à 300 gr de poudres selon la longueur des cheveux, ajustez l'eau en fonction de la consistance souhaitée.

- L'eau, la préparation de la pâte : les avis sont partagés quant à la température de l'eau utilisée pour réaliser la pâte colorante, mais il semble qu'une eau tiédie soit le plus recommandé (trop chaude et la couleur sera moins soutenue). L'eau peut-être remplacée par :

          * du thé pour intensifier la couleur,

         * du jus de citron pour activer le henné et intensifier les reflets rouges (dans ce cas, ne couvrez pas votre tête avec du film aluminium car celà dégage des molécules d'aluminium, toxiques)

         * de l'infusion de camomille pour accentuer des reflets blonds

          * une décoction de noyer pour les coloration chatains, .....

Le henné a une odeur particulière qui peut rebuter les nez les plus fins, pensez à remplacer l'eau par une eau de rose ou de fleur d'oranger pour camoufler l'odeur. Vous pouvez également profiter de cette coloration pour traiter vos cheveux de façon aromatique : huile essentielle d'ylang-ylang pour la beauté du cheveu, bay St Thomas pour la chute des cheveux, citron/lemongrass pour les cheveux gras etcetc qui auront en plus l'avantage de parfumer le mélange () diluer dans un peu d'huile de votre choix).

Une fois la pâte préparée, j'ai pu lire ici et là diverses astuces, que je n'ai pas testé pour ma part, en voici 2 : laisser reposer la pâte dans un endroit tiède pendant quelques heures avant de l'appliquer, ou bien au contraire, passez la pâte au congélateur 4 à 8 h avant de laisser dégeler et de l'appliquer ....je vous laisse seul juge !

- L'attente : vous avez posé consciencieusement votre pâte sur vos cheveux, les avais enrubannés dans du film alimentaire, il faut maintenant attendre ... que le temps passe ! Oui, mais gardez alors à portée de main un gant de toilette ou une petite époge pour éponger (justement) l'eau qui coule du film sur votre nuque, votre front, vos oreilles. Pour éviter celà, plusqieurs options s'offrent à vous : faites bouillir l'eau qui vous servira à raliser la pâte avec un peu d'agar-agar afin  de réaliser la pâte sur une base gélifiée (1 à 2 feuilles de gélatine conviennent tout aussi bien mais sont souvent source de polémique), vous pouvez également réaliser un mucillage de carraghénane (en faisant bouillir un peu de poudre de carraghénane dans l'eau, à raison de 0,5 à 1% je pense). Ce mucillage aura le double avantage de gélifier l'eau et d'offrir un soin hydratant à vos cheveux. Enfin, la dernière option offerte aux cosméteuses homemade : réalisez une base d'émulsion (voir mon billet précédent, les non-tambouilleuses pourront également utiliser un masque capillaire du commerce, non testé).

- Coloration ET soin capillaire : lors d'une coloration naturelle, vos cheveux vont "macérer" plusieurs heures, pourquoi ne pas en profiter pour mêler l'utile à l'utile en ajoutant à votre pâte de quoi réaliser un masque capillaire, voici des exemples :

         * pour faire simple, ajoutez une cuillère à soupe d'huile (argan, olive, oléine de karité, ...) et pourquoi pas des huiles essentielles à votre mélange.

         * les soins classiques : ajoutez un oeuf à la préparation, 2 cuillères à soupe de yaourt, 1 cuillère à soupe de miel etcetc, laissez parler vos envies et votre feeling !

 

Pour finir ce billet et illustrer mes propos, voici le rendu de ma dernière coloration naturelle (la base de mes cheveux était rousse assez claire)

 CIMG0957

Coloration réalisée avec 1/2 henné d'Egypte, 1/4 poudre de garance, 1/4 poudre de campêche

 

(encore légèrement humides, avec flash)

 

 

 

 

 

CIMG0818

 

 

                                                        (toujours moins flamboyant "qu'en vrai")

 

 

 

 

 

Un autre exemple de coloration rousse ici (moins rouge)

J'espère qu'au délà du temps passé à me lire, ce billet vous aura donné des idées et appris quelques astuces.

Sources : difficile pour moi de citer tous mes sources car j'ai arpenté pas mal de sites et de forums ! Je vous recommande néanmoins les fiches d'Aromazone ici et ici, le blog de Biomantique et sa partie consacrée à la coloration naturelle, ici et enfin, le blog de Morgane la fée, ici pour l'idée de la base d'émulsion.