On distingue deux "écoles" en savonnerie amateur les adeptes de la simplicité, avec coloration naturelle ou pas de coloration du tout, parfumé aux huiles essentielles ou non parfumé et souvent un marbrage assez simple, et les adeptes du "toujours +" : toujours plus coloré, plus parfumé, plus marbré :D

Loin de vouloir juger l'une ou l'autre des écoles, j'avoue que savonner est aussi pour moi l'occasion de chercher à créer et je me retrouve un peu plus dans la 2ème école bien que j'aime créer mes synergies et qu'il m'arrive de colorer de façon naturelle (rarement malgré tout). Toutefois, cet hiver, j'ai malgré tout eu une envie de cocooning, de simplicité et, chose presque inconcevable lorsqu'on me connait, ai réalisé un savon sans couleur ni fragrance mais en intégrant tout ce qui se fait en ingrédients "douceur" en SAF :

 

IMG_20150330_162512

30% hv coco (dureté, détergence et mousse abondante)

30% hv olive (douceur)

15% bv karite 'dureté, douceur)

10% hv cameline (douceur, INS bas)

6% hv colza (douceur, trace lente)

5% bv cacao (dureté)

4% hv bourrache (hv précieuse anti-âge)

1 CS amidon de maïs dans les huiles (donne du velouté à la mousse)

A la trace

Soude et lait en glaçons (22%) pour un surgraissage à 9

3% miel (différence entre minimum et maximu de liquide de dissolution)

7% lait à la trace

 

Mode opératoire : il s'agit d'un procédé de saponification à froid traditionnel, la seule "difficulté" vient de l'ajout du lait en 2 fois ; en glaçons lors de la dissolution de la soude afin qu'il ne cuise pas et à température ambiante, à la trace. De ce fait, le procédé nécessite un peu plus d'attention lors des calculs de proportion et suppose que le lait soit congelé au préalable blais n'appelle pas plus de difficulté.

 

Mon avis : je n'ai pas encore utilisé ce savon dont l'odeur douce très légèrement lacté/caramélisé est assez réconfortante mais je pense qu'il sera très doux .... peut-être même envisageable en savon visage ;)