Certaines huiles cosmétiques sont patriculièrement reconnaissables à leur couleur ou à leur odeur, c'est le cas notamment de l'huile de fruit de la passion (selon les fournisseurs) et de l'huile d'amandon de prune, qui sent très fort l'amande. J'ai pensé que ce swap des simples, qui nécessitait de limiter le nombre d'ingrédients était la meilleure occasion de mettre en avant une huile spécifique, l'amandon de prune (pour ceux qui n'auraient pas suivi ...).

Côté couleur, je choisissais une seule couleur, outre la couleur de la pâte, ce serait le vert de l'argile (verte !), rapport à la couleur de l'amande...(trop bien trouvé dis donc !).

J'avais fait l'acquisition récente de mon moule à séparations, ici, que je souhaitais étrenner.

 

CIMG1712

40% hv olive (douceur)

30 % hv coco (dureté, mousse)

30% hv amandon de prune 12 dans les huiles, douceur, fragrance amandée)

Lait d'amande (3/4 de la quantité d'eau nécessaire, dont 2/3 environ dans les huiles), eau et soude pour un surgraissage à 9

A la trace

1/3 du lait d'amande

1/2 de l'hv d'amandon de prune

Argile verte (couleur, douceur  et fixateur d'odeur)

 

Dureté : 31 (29/54)

Conditionneur : 63 (44/69)

Pouvoir moussant : 20 (14/46)

Pouvoir crémeux : 20 (16/48)

Iode : 66 (41/70)

INS 121

 

 

CIMG1714

Mode opératoire : je vous renvoie à tout ce qui a déjà été dit sur la méthode de saponnification à froid. Pour ce savon, après m'être beaucoup interrogée sur la manière la plus appropriée d'ajouter le lait (dans les huiles ou à la trace), compte-tenu du fait qu'il ne s'agit pas d'un lait animal, donc moins gras et que je n'en avais pas assez pour couvrir la quantité totale de liquide nécessaire, j'ai opté pour une méthode intermédiaire : 2/3 de liquide dans les huiles, 1/3 dans la soude ....c'est insuffisant !!!! la quantité de liquide étant insuffisante, la soude a cristallisé, formant une sorte d'iceberg au fond du bol, que j'ai eu toutes les peines du monde à dissoudre !!!!! 3 robots ménagers sortis plus tard, dont un qui a vu sa mort arriver (paix à son âme), la soude a enfin retrouvé un aspect liquide oufffff

 

CIMG1718

CQFD : L'utilisation d'un moule à séparateurs suppose un marbrage le plus fin possible et donc une trace très fine, la formule choisie était parfaite pour celà. Ceux qui me suivent connaissent ma phobie du figeage (pour cause), j'ai donc séparé la pâte en deux dès que la trace a pointé son nez, coloré la moitié à l'argile verte (quantité au jugé en fonction de la couleur souhaitée) et coulé la pâte en alternant les couleurs, puis marbré à la baguette. Evidemment, rien ne se passe jamais comme on le souhaite et la pâte a eu une sérieuse propension à passer sous les séparateurs (un coup trop fine, un coup trop épaisse, je n'y arriverai jamais !!!), veillez donc à obtenir une pâte iiquide ...mais pas trop !!!!

Mon avis : je suis un peu déçue de mon marbrage qui n'est ni aussi régulier, ni aussi marqué que je l'aurais souhaité. A la dcoupe, le savon sentait encore bien l'amande et l'odeur s'est prolongée dans les jours suivants mais elle aurait nécessité quelques mililitres d'he d'amande afin de la souligner. Malgré tout, ce savon est d'une douceur vraiment remarquable et très moussant, ce que je n'escomptais pas du tout compte tenu de sa formulation.

 

CIMG1726

 

Au final, un savon assez rustique mais qui me plait !!