Il est de coutume, au moment des fêtes de fin d'année, de préparer tout un tas de petites gourmandises tels les mendiants, les fruits secs, les bonhommes pain d'épices etc, je vous renvoie à la tradition culinaire de l'est de la France et surtout aux fameux 12 desserts espagnols pour les 12 coups de minuit.

Au risque de vous décevoir (décidément la catégorie cuisine, commence bien !), l'envie d'ajouter des orangettes à mon colis de Noël autour du thé n'est pas venue de ces fameuses traditions mais tout simplement du fait que j'avais acheté des oranges confites pour ajouter à mon pain d'épices et qu'il m'en restait un bon peu (faut pas gacher !).

La confiserie est un art culinaire à part entière, qui demande souvent des surveillances de température et des méthodes de travail vraiment particulières, c'est ainsi que j'ai découvert la méthode du tempérage du chocolat, sur laquelle je reviendrai tout à l'heure.

Il y a la méthode traditionnelle, qui suppose que vous habitiez en Provence : vous vous levez de bon matin, allez cueillir quelques oranges sur votre plus bel oranger et réalisez vous-même vos oranges confites avant de les enduire de chocolat (le lendemain) .......il y a la méthode urbaine bobo, qui consiste à aller dans votre magasin bio préféré et à réaliser vous-même vos oranges confites la veille, continuer vos activités urbaines pendant que les oranges sèchent et revenir les enduire de chocolat (le lendemain) .......et il y a la méthode facile, aussi baptisée "comment utiliser mon reste d'oranges confites", qui consiste à ouvrir la barquette d'oranges et à les enduire de chocolat ! (je vous fais grâce ici de la méthode feignante qui consiste à aller au supermarché et craquer pour une boîte d'orangettes ou encore attendre sagement que l'on vous en offre à Noël .... non non, je ne vise personne !).

orangettes

INGREDIENTS

1 barquette de zestes d'oranges confites

1 plaque de chocolat dessert

 

MATERIEL SPECIFIQUE

Thermomètre (indispensable seulement si l'on souhaite utiliser la méthode du tempérage)

Papier sulfurisé (ou idéalement feuille guitare)

 

Bon revenons à nos oranges, je vous renvoie donc à la méthode de confisage des oranges, ici par exemple ayant pour ma part sauté cette étape de la recette (on a dit "orangette faciles", vous étiez prévenus). Sinon, il est temps d'ouvrir votre barquette !

La méthode du tempérage consiste à contrôler et faire varier la température du chocolat, ce qui le rendra plus brillant et plus cassant une fois refroidi.

1 - Cassez la plaque de chocolat en morceaux et faites fondre les 2/3 au bain-marie à 50°C.

2- Hors du feu, ajoutez le tiers restant, la température du chocolat va redescendre à 26/27°C.

3- Faites réchauffer le tout à 32°C, votre chocolat est prêt à recevoir les zestes d'oranges.

4- Hors du feu, j'ai conservé le chocolat dans son bain-marie chaud, afin d'en limiter la baisse de température, pour avoir le plus de temps possible pour y plonger les zestes.

5- plongez les zestes par 3 ou 4, enduisez les bien et ressortez les un à un avec une fourchette, laissez les s'égoutter quelques secondes avant de les déposer sur une feuille de papier sulfurisé pour les laisser sécher. Renouvelez l'opération tant qu'il vous reste du chocolat et des zestes d'oranges

6 - Pour offrir, emballez les dans un joli sachet cellophane décoré, fermé par un raffia par exemple.

 

BON APPETIT !