Il y a 2 ans de celà (déjà !!), j'avais participé à un concours sur le thème de l'Hanami en réalisant une bougie de massage.

Lorsque l'envie de réaliser un savon japonnisant en hommage au Japon s'est fait sentir, j'ai immédiatement pensé à cette période tant appréciée des japonnais, et à la coutume qui l'accompagne habituellement, tellement éloignée de l'atrocité que ce peuple a vécu voilà quelques semaines.

Le hanami (littéralement, « regarder les fleurs »), ou o-hanami avec préfixe honorifique, est la coutume traditionnelle japonaise d'apprécier la beauté des fleurs, principalement les fleurs de cerisier (sakura). À partir de fin mars ou début avril, les sakura entrent en pleine floraison partout dans le Japon. De nos jours, le hanami se résume souvent à profiter de cette saison pour pique-niquer, discuter, chanter sous les cerisiers en fleur

D'autre part, j'ai découvert il y a quelques temps (merci Ka) un superbe site espagnol (un de +, les espagnols sont vraiment doués en savonnerie), Pasito a pasito. L'auteur du blog travaille ses savons tels des compositions uniques et s'appuie notamment sur le décallage dans ses découpes. J'ai voulu essayer de m'insipirer de ce concept qui m'attire beaucoup, même si je ne suis pas à la veille de lui arriver à la cheville !

Mon savon aurait donc une base rose pâle qui rappellerait les cerisiers en fleurs puis de mini-funnels rouge et blanc, rappelant le drapeau japonnais, de façon stylisé...et pour couronner le tout, les ronds ne seraient pas centrés sur le savon mais déposés çà et là. Il serait composé d'huiles se rapportant le + possible au Japon.

Bon, je vous rappelle que j'ai dit dans un précédent billet que j'ai réalisé plusieurs savons "expérimentaux", pas toujours avec grand succès hein ....celui-ci en est une belle illustration.

 

CIMG0323

Le batch entier, avant son relooking

 

22% hv olive (douceur)

15% hv palme (dureté, mousse)

15% hv coco hydrogénée (dureté et mousse)

15% beurre de karité (dureté, douceur, réparateur, recontrcuteur pour un nouvel avenir)

6% monoï traditionnel (douceur)

5% beurre de kokum (dureté)

5% hv pépins de raisin (douceur)

5% hv ricin (mousse)

4% hv macadamia (douceur, huile remarqualbe dans le traitement des cicatrices)

3% hv son de riz (incontournable s'agissant d'un savon sur le Japon !)

3% hv tamanu (douceur, huile cicatrisante)

2% germes de blé (douceur, huile réparatrice pour panser le désespoir japonnais)

Infusion de thé vert au jasmin et soude pour un surgraissage à 10

Colorants : oxyde rose pour les cerisiers en fleurs, spiruline sur certains savons pour l'herbe tendre du printemps), dioxyde de titane pour blanchir la pâte du funnel, colorant liquide rouge pour le funnel, chlorophylle pour le vert

Fragrance : japanese plum

 

CIMG0342

 

Mode opératoire : Réalisez une première pâte à savon. A la trace fine, prélevez un tout petit peu de pâte , parfumez et colorez le reste. Je n'ai pas réussi à retrouver le rose des cerisiers en fleurs car ma base n'était pas blanche, à cause du thé. Travaillez la pâte pour obtenir une trace moyenne et coulez. Colorez la petite part prélevée en vert tendre, que vous verserez de façon aléatoire sur la pâte, tapotez pour égaliser puis laisser sécher plusieurs jours.

Lorsque la pâte est suffisamment dure, découpez des ronds à l'emporte-pièce de façon aléatoire.

Réalisez un petit batch de pâte (que, pour ma part je n'ai pas parfumé pour éviter tout risque de figeage). Divisez la pâte en 2 : une moitié blanchie au dioxyde de titane et l'autre colorée en rouge. Dans chaque trou, réalisez de petits funnels le plus fins possible, en finissant par le rouge pour figurer le drapeau japonnais. Laissez sécher puis découpez.


CIMG0359

 

Mon avis : plusieurs mauvaises surprises avec ce savon (grrrrr). La première, la couleur rose de la base : la lessive de soude a pris une teinte beige foncée qui a bien coloré ma pâte, rendant difficile l'obtention du rose des fleurs de cerisiers et donnant un résultat très moyen aux côtés du rouge des funnels ....

Ensuite, malgré une trace très fine, les petits funnels n'ont pas été si fins que je l'espérais. Par contre, la pâte était suffisamment liquide pour couler sous la base, baissant subrepticement le niveau des funnels sous celui de la pâte de base (re grrrrr)

En conclusion, j'avais envie de réaliser cet hommage au Japon mais je suis bien déçue du résultat visuel même si le savon sent divinement bon.  Je reste convaincue que les ronds ou tous autres motifs décallés de leur place centrale constitue vraiment une piste à travailler, avis !